Prévoyance et complémentaire santé.

dimanche 5 mars 2017
par  Manu
popularité : 36%

Prévoyance et complémentaire santé.

Les lois de finances et de financement de la Sécurité sociale adoptées sous l’actuel quinquennat ont continué à organiser l’asphyxie et l’étranglement budgétaire de la Sécurité sociale entrainant une accélération de la marchandisation de la santé, au bénéfice exclusif des grands groupes financiers, au détriment des populations, de nos emplois et de nos conditions de travail.

Le groupe Capgemini surfe sur cette logique avec pour paramètres notre PDG présent au conseil d’administration d’AXA et AXA client et actionnaire de Capgemini  ! Et pour que cela soit moins voyant on rajoute un intermédiaire, Gras Savoye, qui lui aussi doit faire son beurre. Pouvons-nous continuer avec de tels petits arrangements entre « bon amis » qui se font au détriment des salarié.es ?

Début février, la Direction des Affaires Sociales de l’UES informait les salarié.es de l’évolution des régimes de prévoyance et de frais de santé. Selon elle, les mesures tarifaires de 2017 ne permettraient pas d’équilibrer les résultats de nos régimes. Et pour répondre aux exigences d’AXA, le renouvellement du contrat de prévoyance se fait avec une majoration des cotisations. Dans le même temps l’assureur obtient un engagement du groupe de réviser les régimes de prévoyance et de complémentaire santé en 2017 « dans une démarche de pérennisation ».

La direction de l’UES Capgemini a donc tout naturellement ouvert un chantier de révision des régimes de prévoyance et de santé dès le mois de décembre 2016.

Selon la direction, « ces sujets relatifs à nos contrats sont l’affaire de tous ». Serait-ce l’affaire de tous de faire en sorte qu’AXA tire toujours plus de bénéfices de nos régimes.

Encore une fois, seul.es les salarié.es sont mis à contribution. Par exemple les frais de gestion et de structures des agences AXA y sont refacturés, ce qui, par ailleurs, est interdit.

De même qu’il semblerait que la direction s’oriente vers un régime de complémentaire santé à options, c’est-à-dire laissant encore plus de place à la sur-complémentaire au détriment du régime de base. Or, avec un tel système à option, celles et ceux qui se contentent de la couverture de base paient pour ceux qui souscrivent aux options.

Que dire des prestations données comme soi-disant gratuites par AXA qui dans les faits sont facturées dans le contrat ?

Depuis plusieurs années, nous constatons le recul de la sécurité sociale pour le report sur les systèmes assurantiels. Cette situation continue à s’aggraver pour maintenant glisser vers une dégradation du régime de base au profit de la sur-complémentaire. Toujours plus cher, toujours moins de prestation, et plus de profit pour AXA et ses actionnaires !

Le refus persistant de procéder à une revalorisation significative des rémunérations, d’appliquer l’égalité professionnelle, contribue à participer à l’étranglement de la Sécurité Sociale au profit de groupes tels qu’AXA.

POUR LA DÉFENSE ET L’AMÉLIORATION DE NOTRE MODÈLE SOCIAL,

la CGT Capgemini appelle les salariés, à soutenir les actions nationales contre la dégradation de la protection sociale et la marchandisation de la santé, le mardi 7 mars 2017.



Agenda

<<

2017

 

<<

Avril

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

13 février 2015 - CCE du 12 février 2015

Le premier Comité Central d’Entreprise de l’UES nouvellement reconfiguré s’est tenu le 12 février. (...)

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies.