DECLARATION CGT AUX CE DU 21/09/2017 - APPEL A LA GREVE CONTRE LES ORDONNANCES ET LEUR APPLICATION DANS LE GROUPE CAPGEMINI

jeudi 21 septembre 2017
par  CGT CAPGEMINI
popularité : 24%

Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les représentant.es du Syntec,

Macron, son gouvernement et sa soit disant République En Marche ont lancé un assaut sans précédent contre le monde du travail et notre modèle social. Personne ne sera épargné ! Jeunes, retraités, actifs du privé comme du public sont dans la ligne de mire.

Aujourd’hui, il s’agit d’une première étape avec une contre-réforme réactionnaire et ultra libérale répondant aux aspirations de votre organisation patronale qui vous permettra de détruire nos garanties collectives, et de pouvoir remettre en cause les droits fondamentaux des salarié-e-s. Toujours plus de flexibilité et de précarité au profit des seuls actionnaires dont le coût est toujours plus exorbitant. Rappelons-le, ce sont bien les travailleurs et eux seuls qui créent les richesses.

Dans un contexte anti-démocratique de mise en œuvre d’ordonnances néfastes où certains dirigeants du groupe Capgemini, tels que Paul Hermelin et son directeur de la communication, participent activement au parti politique La République En Marche, nous ne pouvons qu’être très inquiets de l’impact des restructurations à venir en France en fusionnant toutes les sociétés de l’UES (Unité économique et sociale) en une ou deux entités juridiques.

En effet nous pouvons aisément imaginer ce qu’il adviendra des salarié-e-s après que vous ayez remis en cause le statut social actuel de l’UES Capgemini et que vous aurez cassé la représentation des salarié-e-s, seul contre-pouvoir effectif permettant d’éviter tous les abus de pouvoir que vous portez dans vos projets.

Afin de pouvoir continuer à augmenter votre rentabilité il vous faut maintenant vous attaquer à la masse salariale et nous n’avons que peu de doute sur la voie qui sera choisie.

Il vous sera ainsi facile lors de cette réorganisation, sur la base de votre politique RH du « up or out », de vous séparer de toutes celles et ceux que vous considérez indésirables dans le groupe à moindre coût avec une sécurisation juridique pour Capgemini à l’encontre des salarié-e-s injustement licencié-e-s.

De même, pour celles et ceux qui resteront, il faudra travailler plus et gagner moins pour atteindre les objectifs visés par Mr Hermelin au profit des actionnaires avec une remise en cause des conditions sociales, là aussi pour diminuer les coûts.

Nul doute que vous piocherez allègrement dans la boîte à outil du tandem Macron-Philippe : remise en cause des CDI, mise en place de contrats de projet pour ne plus avoir à gérer l’inter-contrat, licenciements facilités et sécurisés (l’EDP sera un formidable outil à licencier), mise en place d’accords dérogatoires pour remettre en cause les droits des salarié-e-s et créer une norme juridique spécifique au groupe.

En bref, flexibiliser, précariser et paupériser les salarié-e-s du groupe pour satisfaire vos intérêts individuels.

La CGT Capgemini appelle donc les salarié-e-s du groupe à résister en se mobilisant et en se mettant en grève contre l’application des volontés patronales mises en œuvre par le gouvernement et leurs conséquences dans l’UES Capgemini.

Nous ne sommes pas surpris de votre fin de non-recevoir à déplacer la réunion de ce jour sous de faux prétexte. Les élu-e-s et mandaté-e-s CGT ne participeront pas aux séances de ce jour, pour agir contre les ordonnances et les dégâts qu’ils vont produire et nous appelons les autres élu-e-s à faire de même.


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

13 février 2015 - CCE du 12 février 2015

Le premier Comité Central d’Entreprise de l’UES nouvellement reconfiguré s’est tenu le 12 février. (...)