Comment la direction de Capgemini voit le droit à la déconnexion !

vendredi 23 mars 2018
par  CGT CAPGEMINI
popularité : 6%

Déclaration CGT Capgemini du 23 mars 2018

Ce 21 mars 2018, la direction de Capgemini a envoyé aux syndicats un projet d’accord sur le droit à la déconnexion, en vue de la troisième réunion de négociation sur ce sujet important pour la protection de la vie privée et de la santé des salarié.es. Si le sujet n’était si important, ce texte pourrait faire rire tant il est caricatural.

En effet, la direction de Capgemini veut profiter d’une loi destinée à protéger les salarié.es pour, au contraire, les contraindre encore plus. Ainsi, du point de vue de la direction :

  • Chaquesalarié.edoit rester disponible de 8h30 à 19h30
  • Chaquesalarié.e est seul responsable de sa déconnexion entre 19h30 et 8h30
  • Ni le téléphone, ni l’utilisation des outils de gestion ne sont considérés comme des connexions
  • Un.e salarié.e pourrait même être sanctionné.es’il.ellene se déconnecte pas entre 19h30 et 8h30 ou ne répond pas à une sollicitation entre 8h30 et 19h30
  • Le temps consacré à répondre à une sollicitation ne serait pas considéré comme du temps de travail et donc pas rémunéré. Pour résumer, chaque salarié.e serait astreint.eà rester connecté.e11h par jour, et la direction ne se donne aucune obligation de protection, car on ne peut considérer une sensibilisation ou une formation comme une protection contre la pression d’un.e manager ou un.e client.e.

Pour un droit à la déconnexion efficace, la CGT porte les revendications suivantes, que la direction refuse d’entendre :

1. La mise en place, au retour des congés (maladie, congés payés…), de temps durant lesquels le salarié.e est libéré.e et sa charge de travail réduite pour pouvoir se mettre à jour des changements intervenus durant son absence, de façon à éviter que les salarié.es ne soient obligé.es de recommencer à travailler durant leurs congés, ou surchargés à leur retour.

2. Les salariés ne doivent pas répondre aux sollicitations de l’entreprise par quelques moyens que ce soit en dehors de leurs horaires de travail. Les managers ne peuvent pas contacter leurs subordonnés en dehors de leurs heures de travail telles que définies au contrat de travail ou par l’horaire applicable au sein de l’entreprise, établissement ou équipe. En tout état de cause, les salariés ne peuvent pas contacter leurs subordonnés entre 19 heures et 8 heures ainsi que pendant les week-ends et les jours fériés.

3. Concernant plus particulièrement l’usage de la messagerie électronique professionnelle, il est précisé que le salarié n’est aucunement tenu de prendre connaissance des courriels qui lui sont adressés ou d’y répondre en dehors de son temps de travail. Il en est de même des appels ou messages téléphoniques professionnels reçus pendant les temps de repos ou de congés.

4. Toute messagerie instantanée (Skype par exemple) doit être désactivée par défaut sur les pc portables, elle sera lancée par le salarié pour les besoins de service (pas de connexion automatique activée par défaut)

5. Mise en place par l’entreprise d’un message d’absence automatique en cas de réception de courriel hors temps de travail. Programmer automatiquement un mail de réponse disant « je suis absent et prendrai connaissance de votre sollicitation durant mes horaires de travail... » lorsque les salariés reçoivent un message en dehors de leur temps de travail.

6. Donner le droit, à tous les salarié-e-s ayant un travail nécessitant de la concentration, de pouvoir à minima 10% de leur temps de travail d’être non joignables (sauf cas urgence et/ou astreinte).

7. Pour toute utilisation d’un moyen de communication il y a obligation d’un décompte horaire amenant à une rémunération ou une récupération de ce temps supplémentaire.


Agenda

<<

2018

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

13 février 2015 - CCE du 12 février 2015

Le premier Comité Central d’Entreprise de l’UES nouvellement reconfiguré s’est tenu le 12 février. (...)