Transfert « volontaire » chez SPIE ICS

Un PSE déguisé et sous traité !
vendredi 29 juin 2018
par  Marrychka
popularité : 48%

Transfert « volontaire » chez SPIE ICS - Un PSE déguisé et sous traité !

En 2014, Capgemini a tout fait pour récupérer la manne financière que pouvait lui apporter le contrat Areva-Orano, en rachetant Euriware la filiale du géant du nucléaire. Capgemini ne pouvait pas passer à côté de ce contrat d’1 milliard, profitant au passage d’une belle opportunité par le biais de cette vitrine publicitaire.

Mais aujourd’hui le benchmark impose sa règle impitoyable du profit, le moins cher à tout prix ! Donc pour le moment, Sogeti France perd la partie proximité-infogérance (End User Services) de ce contrat que Spie Infoservices récupère.

Le problème c’est qu’une centaine de salariés travaillant sur cette partie du contrat se retrouvent sur la sellette.

Plan de Sauvegarde de l’Emploi ou dégraissage organisé …

Alors les directions de Capgemini et de SPIE InfoServices mettent en place une « convention de transfert volontaire » des contrats de travail, avec peu d’avantages et de garantie pour ceux qui seraient transférés. Dans le même temps, des managers sans scrupule n’hésitent pas à pousser les salariés concernés vers la sortie SPIE Infoservices en leur expliquant « qu’un refus serait sanctionné par la constitution d’un groupe fermé qui serait rapidement vidé ! ».
C’est ce que nous appellerons du volontariat imposé !

Sogeti ne voudrait-elle plus de ces salariés ?

Sogeti pousse les salariés vers SPIE, mais si cette
dernière en veut bien car Spie Infoservices ne prendra que 50% des effectifs !! Laissant ainsi des salariés qui ont entre 10 et 20 ans d’ancienneté sur le bas côté, sans mission, ni avenir...

Le CE Sogeti France donne un avis défavorable :

« Les élus du CE dénoncent le refus d’une négociation collective concernant les conditions de transfert des salariés concernés vers la société SPIE.
Les élus demandent :

  • Que l’ensemble des salariés ne souhaitant pas être transférer chez SPIE (y compris ceux en AT jusqu’à la fin de l’année sur le contrat) puissent bénéficier d’un cursus de formation adapté permettant un reskilling.
  • La production d’un suivi mensuel en commission ECR sur l’évolution des 85 salariés sur la base des indicateurs demandés par la commission ECR. Les élus du CE prennent note des réponses apportées par la Direction en séance sur les éléments financiers qui accompagneront les transferts des salariés chez SPIE. Les élus du CE dénoncent le manque d’anticipation sur ce projet. »

LA CGT REVENDIQUE

La CGT Capgemini et la CGT SPIE ICS ont donc demandé, officiellement, aux deux directions d’ouvrir sans tarder une négociation en vue de conclure un accord se substituant aux accords remis en cause.
Il s’agit d’obtenir des garanties et des compensations collectives liées au transfert des contrats de travail et notamment d’obtenir des garanties minimales vis-à-vis de
l’accord d’harmonisation Euriware signé en 2015.


GRANDE BRADERIE - SPIE FAIT SON MARCHÉ

Sur quels critères un travailleur va-t-il conserver son travail ? La rentabilité, le profit, le coût de son travail ? ...
N’oublions pas que les salariés ne sont ni des ressources, ni des marchandises !!


Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

13 février 2015 - CCE du 12 février 2015

Le premier Comité Central d’Entreprise de l’UES nouvellement reconfiguré s’est tenu le 12 février. (...)