Capgemini sacrifie ses salarié.e.s pour sauver ses profits.

20/03/2020 Communiqué de Presse COVID / CAPGEMINI

Lundi 23 mars 2020, par CGT CAPGEMINI // Communiqués

COVID19 Chez Capgemini : La guerre est déclarée ? #PrioritéProfits

Le président a appelé tout le pays à se mobiliser contre le Covid-19. Au moment où tout le monde est sur le pied de guerre, Le groupe Capgemini ne gère que ses profits au mépris de la santé de ses salarié.e.s et de leurs proches.

Constatant que sur plusieurs sites du groupe les gestes barrières ainsi que les préconisations du Ministère de la santé ne pouvaient pas être respectés :

  • Salarié.e.s dans des open-spaces sans pouvoir respecter les mesures de distanciation, en flex-office donc changeant tous les jours de bureau sans nettoyage
  • Matériel de protection insuffisant voire inexistant
  • Consignes volontairement ambiguës pour préserver au maximum le business
  • Salarié.e.s contraint.e.s de rester sur site client alors que les salarié.es du donneur d’ordre sont renvoyé.e.s chez eux suite à un cas suspect
  • Salarié.e.s contraint.e.s de rester sur site client sans protection car des donneurs d’ordre interdisent le télétravail pour leurs prestataires

La CGT Capgemini a lancé trois droits d’alerte pour Danger Grave et Imminent.

Ceci afin que la direction prenne les mesures nécessaires à la protection de la santé des salarié .e.s, et contribue à faire cesser la pandémie.

La direction du groupe, plutôt que de prendre les mesures immédiates de prévention et faire en sorte que ses salarié.e.s travaillent dans des conditions sanitaires acceptables et ne propagent pas le virus, n’a qu’une directive :
Maintenir à tout prix les salarié.e.s sur leur poste de travail quitte à ne pas respecter les gestes barrières et discréditer les droits d’alerte et les élu.e.s Cgt qui les portent.

Pourtant plusieurs inspections du travail ont rappelé à l’ordre la direction.

  • Quelles mesures sont prises dans le groupe pour endiguer l’épidémie ?
  • Mis à part de la com, quelles mesures de protection ont été prises concernant les salarié.e.s du groupe depuis l’annonce du chef de l’état ?
  • La direction du groupe va-t-elle enfin assumer ses responsabilités ?
  • Les salarié.e.s seront-elles.ils contraint.e.s de faire valoir leur droit de retrait pour se protéger face au virus ?
  • Quelle est la responsabilité des donneurs d’ordres vis-à-vis de la protection des sous-traitant.e.s sur leur site ?

Profit et santé ne font pas bon ménage pour notre direction.

Profit et santé ne font pas bon ménage pour notre direction.
Elle livre une guerre économique pour sauver ses profits et envoie ses salarié.e.s en première ligne...sans armure.

La CGT Capgemini ne peut l’accepter et mettra tout en œuvre pour protéger les salarié.e.s et sous-traitant.e.s du groupe.

Répondre à cet article


Mots clés